A England / Princess Sabra

Hello :)

J’ai toujours eu un rêve : devenir princesse. Oui bah chacun son truc quoi ! Certaines veulent être vétérinaire ou avocate. Moi je veux être princesse. D’ailleurs j’ai déjà le Tshirt qui me garde une place dans l’université des princess :

J’intègre dès la fin de ma prépa !

Nan mais franchement, être princess, le rêve quoi ! Tu peux te balader toute la journée avec un diadème sans passer pour Miss France. Quand tu pètes, ça fait des paillettes. Et surtout, il y a toujours un plombier moustachu, ou un elfe de la foret kokiri pour venir te sauver !

Enfin bon, au moins j’ai pu avoir la chance de rencontrer une princess qui a réussi dans cette voie : Mesdames et Messieurs, courbettes et révérences pour Princess Sabra ! (Lisez cette phrase avec la voix d’un speaker. Merci)

En retournant le flacon, on retrouve la traditionnelle étiquette avec le nom du vernis, la devise de la marque, et plein de blabla. Sauf que Princess Sabra a le droit à une ligne de plus : « Tristam eyes ». Je me devais donc de comparer :

Le chat le plus célèbre d’Angleterre s’est donc vernis les yeux avec la Princess. Ça expliquerait sa tendance a déchiqueter les cartons de vernis : il veut sa dose de goutte pour les yeux !

La princess règne sur mes ongles aussi bien au soleil qu’à l’ombre. Elle les couronne de micro paillettes dorées et argentées et holographiques (les photos ne lui rendent pas justice, au soleil il est sublime ! J’ai pas réussi à me mettre directement sous un rayon) sur une base couleur… euh… sable on va dire. Pas de surprise, couvrance et brillance sont au rendez-vous en deux couches. Du bonheur et de la majesté en pot.

Cette histoire avec Tristam m’a inspiré un nail art complètement foiré. Je vous montre quand même. Mais je sais vraiment, vraiment, vraiment, vraiment pas dessiner. Bon j’vous rassure, Tristam est beaucoup plus beau en vrai que sur mes ongles !

L’oiseau est un sticker acheté chez Bird on the wire. Ultra chiant à découper/décoller/coller. Je ne le conseille pas car il laisse une grosse démarcation sur l’ongle.

Et voici ma lecture de l’été. À défaut de devenir une princesse, je vais au moins essayer d’être une fille brillante.

Des bisous, des miaou et des couronnes !

mana.

Publicités

Rencontre avec une Lady (of the Lake) !

Hello :)

Pendant mon séjour à Londres j’ai eu la chance, l’honneur, la joie, le bonheur de rencontrer Adina, la créatrice des vernis A England. Le seul vernis que je possédais de cette marque avait d’ailleurs inauguré mon blog. Souvenez vous, c’était il y a un peu plus d’un mois : Tristam.

Je pose donc ce vernis : deux couches plus du Sèche Vite ; et je me mets à sauter partout dans la pièce pour qu’il sèche plus vite. Bah oui je vais être en retard. Alors après étude scientifique très complexe réalisée sur une centaine de sujet : les sautillages mode j’ai envie de faire pipi n’accélère en rien le séchage du vernis. Sachez le.

Je pars direction le métro, j’accroche mon vernis pas sec. Hop, District Line, j’arrive dans un quartier charmant, je contourne un parc, oui c’est le bon numéro, je sonne, j’attends…
Et Adina m’ouvre la porte ! (Je n’aurais pas à expliquer en anglais que je me suis trompée de numéro :D )

Une tasse de thé dans une main, une madeleine dans l’autre, on se retrouve sur le canapé du salon à discuter de tout et de rien pendant plus de 4h sans voir le temps passer. De temps en temps je sors mon appareil pour prendre une photo de Tristam.

Il a eu le droit à une séance calinage papouille gratouille du ventre ! C’était une star. Il a eu des prrr prrr de la part des chats français de la blogo, j’ai nommé Essie de Vernis en Folie et Hector et Pantone de notre Pshiiit nationale. D’ailleurs les filles j’ai bien transmis vos bisous à Adina !

Elle m’a aussi montré sa source d’inspiration. Elle adore les livres, la peinture et les livres de peinture ! C’est donc un livre d’un peintre anglais qui peignait des scènes de légendes anglaises. On retrouve dans ces tableaux les couleurs des vernis et l’émotion qui s’en dégage. Car Adina ne crée pas seulement des vernis, non elle tient à transmettre avec une histoire, un petit bout de coeur, d’angleterre, qu’elle met dans chaque flacon.

J’ai profité de cette rencontre pour lui poser quelques questions :

  • Pouvez vous vous présenter ?
    Tout d’abord, toutes mes félicitations et tous mes voeux pour ton nouveau blog ! Merci de l’avoir commencé avec Tristam.
    Je m’appelle Adina Bodana. Je suis née à Milan avec un sens inné pour la beauté et le désire d’exprimer ma créativité. Mon voeu fut exaucé quand j’ai commencé à travailler en tant que designer de mode. Ma première expérience, qui a durée pendant des années, fut de travailler comme assistante de mode, de ballet et opéra pour Gianni Versace. J’ai emménagé à Londres en 1989, où j’ai continué dans le domaine de la mode, en dessinant des robes et des accessoires pour une maison de haute couture basée à Dubaï et pour d’autres compagnies internationales.
  • Comment vous est venue l’idée de faire des vernis ?
    Déjà étant petite, j’étais fascinée par le fait de se vernir les ongles. Mes premières expériences ont été avec de la peinture à l’eau et des pétales de gérariums. Plus tard j’ai réalisé la récompense immédiate du résultat et le bénéfice presque thérapeutique de prendre le temps de se faire une manucure (Merci Fairy Lelie pour la traduction) : la joie de porter du vernis comme une partie de moi même et être capable d’admirer les couleurs tout le temps. (Ça me rappelle quelqu’un)
    Mon intérêt pour la mode devenait désuet. Au contraire, vernir mes ongles est un moyen constant d’expression, d’enjouement et de lien avec les gens. Finalement, le bon moment est venu, je me suis sentie prête à joindre mes deux passions : l’Angleterre et les vernis à ongles. Et c’est là, la clé du nom de ma marque : A, mon initiale, liée pour toujours à l’Angleterre (A England).
  • Quel est le processus de fabrication des vernis A England ?
    Il est très important pour moi que la beauté soit liée à la qualité. J’ai fait tout mon possible pour fournir le meilleur dans ce que je fais. Je trouve mon inspiration dans les peintures et dans la littérature (mes deux autres passions). J’envois au labo de l’usine des codes Pantone, des morceaux de papier, des vernis que j’ai mélangé moi même. C’est un échange intensif jusqu’à ce que je sois satisfaite. (Comprendre ici que le labo lui renvoie des échantillons pour lui montrer la couleur et le fini, et elle dit ce qu’elle préfère, ce qu’elle aime pas, et il lui renvoie d’autre échantillons etc…)
  • Pourquoi vous inspirez vous de légendes arthurienne ?
    Tout d’abord, j’ai une spéciale et unique relation avec l’Angleterre. Des fois je la définis comme « un appel du coeur ». Inexplicable et tellement réel. L’esprit de l’Angleterre est intrinsèquement lié à ma vie. J’aime communiquer ma fascination pour ce pays, même juste par fragments. Je veux raconter des histoires à son sujet, donner quelque chose qui n’est pas seulement un produit, mais quelque chose qui amène la réflexion, le dialogue et même peut être le fantasme à son sujet. Le mythe du Roi Arthur est universel et le premier que j’ai connu et le premier dont  j’ai rêvé quand j’étais petite. (Amis de la grammaire française bonjour) Riche en éléments, en couleurs, en histoires, en âmes. Le parfait point de départ pour le concept A England.
  • Votre marque est de plus en plus connue en france, elle devient même la marque préférée de beaucoup de blogueuses. Comment analysez vous ça ?
    Je suis très contente et me sens flattée. La France est l’incarnation de l’élégance, du chic, de la sophistication et c’est ce que j’essaye d’atteindre avec mon choix de couleurs.
  • La marque est elle aussi bien vu ici ? (en Angleterre)
    Une constante communication, interaction, avec le monde des blogueurs et des fans ici est très importante pour moi. C’est avec une grande surprise qu’en Janvier 2011, à la suite du lancement de ma marque via Internet, le nom d’A England s’est répandu à travers le monde entier. Je suis très reconnaissante envers les bloguers qui sont les premiers à apprécier la marque et à la faire connaitre.
  • Quel est votre regard sur la récente explosion du phénomène vernis à ongles?
    C’est la découverte d’une source de plaisir très accessible. Grâce à un coup de pinceau sur l’ongle, l’humeur peut changer, la personnalité est revalorisée, un caprice est immédiatement satisfait. La technologie est aussi très importante : elle offre une qualité plus grande et plus sûre avec un large choix de couleurs et d’effets pour jouer avec.
  • Quel avenir futur pour la marque ? Une nouvelle collection ? Des magasins ? Une extension mondiale ?
    Les trois j’espère, mais toujours avec des histoires et du coeur !
  • Et comment va Tristam ? Qui arriva le premier ? L’oeuf ou la poule ? Le chat ou le vernis ?

 Tristam est mon chaton bien-aimé et une source de joie et d’inspiration qui est arrivé après le lancement du vernis. Tristam, un bleu légèrement holographique, s’est avéré être le vernis qui a eu le plus de succès dès les premières semaines. Et il a un très joli nom en plus.

En parlant de Tristam, on a remarqué, avec Adina, qu’on portait le même vernis ce jour là ! Le hasard fait bien les choses.

 Ah, et surtout j’ai pu jeter un oeil à la nouvelle collection, celle qui arrivera en septembre. Elle est juste sublime ! Elle se compose de 5 vernis, assez sombres. Ils sont juste SUBLIMISSIMES ! Je ne vous en dis pas plus, je garde la surprise, et je mets quelques sous de côté pour pouvoir sauter sur mes trois préférés !

Et surtout j’ai oublié de vous dire, Adina est la personne la plus gentille, adorable, lovely au monde (après ma maman), elle m’a accueillie à bras ouverts, on sentait vraiment qu’elle voulait me faire partager son amour pour l’Angleterre, son émotion et elle a réussi ! Je tiens à lui dire encore mille fois merci pour ce moment partagé avec elle et j’espère pouvoir recommencer au plus tôt, ça a vraiment été un plaisir :)

J’espère que vous avez aimé découvrir un peu cette marque, et sa créatrice.

Je vous retrouve très vite !

Et comme dirait Adine : Crown your hands and feet.
Et comme dirait Tristam : Prrrr Prrrr Prrrr (en fait il dit pas ça, ce chat ne ronronne pas)

Vous pouvez retrouver les vernis A England sur la Pshiiit Boutique ou directement sur le site de la marque.

mana.